Logo ={0} - Retour à l'accueil

Digue du Nouveau marais desséché de Champagné

Dossier IA85001878 réalisé en 2017
Dénominationsdigue
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Puyravault
Lieu-dit : Cadastre : 1834 C ; 2017 OC 378
AdresseCommune : Champagné-les-Marais

Cette digue résulte d'une nouvelle étape de la poldérisation de la baie de l'Aiguillon, réalisée dans les années 1770. Auparavant, les vases de la baie avançaient jusqu'à la digue du Vieux Marais de Champagné, aujourd'hui occupée par la route reliant les portes des Amarres, la porte de l'Epine et le Brault. Encore absente sur la carte du Marais poitevin par Jacques Parent en 1767, la digue apparaît en 1818 sur la carte du bassin de la Sèvre Niortaise par François Mesnager.

La création de la digue du Nouveau marais desséché de Champagné, à l'ouest de la porte de l'Epine, et du polder qui en découle, est réalisée dans le cadre de l'arrêt du Conseil du roi de 1764 qui encourage les nouveaux dessèchements de marais. Sans que l'on sache à qui en revient l'initiative, le 22 février 1777, les officiers de la sénéchaussée de Fontenay-le-Comte sont dépêchés sur place afin de vérifier l'intérêt de l'opération. Les travaux commencent en mars, avec l'approbation de la Société du Vieux Marais de Champagné. Une société des propriétaires du Nouveau marais desséché de Champagné est créée. Le 12 septembre 1781, il est décidé de procéder au partage du nouveau polder, chose faite les 13 et 15 mai 1782.

Près d'un siècle plus tard, en 1873-1874, la digue est reléguée au statut de digue seconde lorsque les vases qui s'étendaient à ses pieds, au sud, sont à leur tour conquises, avec la construction de la nouvelle digue des Prises ou digue d'En Bas, et de la digue de la Bosse.

Période(s)Principale : 3e quart 18e siècle

La digue du Nouveau marais desséché de Champagné relie les portes des Amarres (Champagné-les-Marais) à la porte de l'Epine (Puyravault), sur une longueur de 7 kilomètres. A partir de la porte de l'Epine, elle file en ligne droite vers le sud, vers la Bosse, sur la rive droite du dernier méandre de la Sèvre, puis traverse les marais desséchés vers le nord-ouest, en laissant au sud les marais des Prises, poldérisés à la fin du 19e siècle. A l'ouest, la digue longe le canal de Luçon.

Mursterre
Statut de la propriétépropriété d'une association, Dans sa partie occidentale (à l'ouest de l'angle de la Bosse), la digue appartient au Syndicat des marais de Champagné.
propriété publique, Dans sa partie orientale (entre la Bosse et l'Epine), la digue appartient au Syndicat mixte Vendée Sèvre Autise.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vendée. 242 J. 1745-1849 : registre des délibérations de la Société du Vieux marais desséché de Champagné.

  • Archives départementales de la Vendée. S 1125. 1817-1917 : Nouveau marais desséché de Champagné, homologation des délibérations par la préfecture.

Documents figurés
  • 1834 : plan cadastral de Puyravault. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 185).

  • 1767 : Plan général des marais mouillés et desséchés des provinces du bas Poitou, de l’Aunis et de la Saintonge, à prendre de la mer à Niort pour leur longueur et des Coteaux du Poitou à ceux d’Aunis pour leur largeur, par l"ingénieur Jacques Parent. (Bibliothèque nationale de France, Ge A 1199).

  • 1818, 30 septembre : carte itinéraire de la Sèvre Niortaise pour l'intelligence du projet général qui a pour but le perfectionnement de la navigation, la conservation des marais desséchés et le dessèchement des marais mouillés, par l'ingénieur en chef des Ponts et chaussées François-Philippe Mesnager. (Archives départementales des Deux-Sèvres, 3 S 17).

(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis