Logo ={0} - Retour à l'accueil

Carrière souterraine, puis abri troglodytique, ruelle Bussy-d'Amboise, Montsoreau

Dossier IA49010781 inclus dans Montsoreau : présentation de la commune réalisé en 2010

Fiche

  • Vue générale.
    Vue générale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • abri troglodytique
    • jardin d'agrément

Ce site est notable en ce qu'il a en quelque sorte fossilisé une carrière vraisemblablement de la fin du Moyen Âge qui ne fut exploitée que sur la profondeur d'une seule salle, par tranches d'extraction superposées.

L'habitat troglodytique établi là en réemploi de la carrière comporte, par ailleurs, des vestiges intéressants d'un habitat médiéval et moderne et des dépendances vinicoles.

Parties constituantes non étudiéesabri troglodytique, jardin d'agrément
Dénominationscarrière souterraine, abri troglodytique
Aire d'étude et cantonFontevraud-l'Abbaye - Montsoreau - Saumur-Sud
AdresseCommune : Montsoreau
Adresse : ruelle
Bussy-d'Amboise
Cadastre : 1813 B1 422 à 424 ; 2011 B 211, 265

En partie haute du coteau qui surplombe le bourg de Montsoreau, une carrière est exploitée sur une courte durée, sans doute au XVe siècle (voire dans les siècles qui précèdent). Cette exploitation est peut-être à mettre en relation avec les importants chantiers que Montsoreau connaît à partir du milieu du XVe siècle, lors de la reprise économique qui marque la fin des crises de la fin du Moyen Âge (notamment peste et guerre de Cent Ans) et qui s'accompagne ici de l'arrivée de la dynastie des Chambes, grands constructeurs.

Après son abandon, la partie antérieure de ce site d'extraction est transformée en habitation troglodytique. Par la suite, cette cavité est déclassée en dépendances, notamment vinicoles, peut-être lors de l'aménagement en habitation d'une autre cavité troglodytique à immédiate proximité (au XVIIIe siècle ?). Le site est réoccupé comme cave demeurante au XXe siècle.

Période(s)Principale : Fin du Moyen Age
Principale : Temps modernes
Principale : 19e siècle , (?)
Secondaire : 20e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Les abords de cette parcelle forment un jardin qui surplombent légèrement la rue Bussy-d'Amboise, structure en terrasse qui correspond sans doute à un décapage intégral d'une partie de la pente préexistante dans le cadre d'une exploitation ancienne de bancs de tuffeau.

Une haute bouche de cavage fut alors pratiquée dans ce qui doit ainsi être un coteau artificiellement constitué. Cette bouche donne accès à une unique chambre d'extraction où les traces d'exploitation du tuffeau sont peu visibles, sans doute du fait d'une purge naturelle de la salle, par effondrements. L'extraction se fit ici par tranches superposées, pour atteindre une hauteur très importante (entre 12 et 15 mètres ?). L'exploitation, cependant, ne se fit pas plus profondément et le site fut abandonné.

L'habitation troglodytique qui fut ensuite établie en réemploi de cette ancienne carrière contribua à l'occlusion de l'intégralité de la bouche de cavage par une façade maçonnée en blocage de moellons. La cave demeurante ainsi établie comprend un rez-de-chaussée et un étage-carré sur plancher dont l'usage initial n'est pas connu, mais qui est aujourd'hui habité. Le rez-de-chaussée est percé d'une porte couverte d'un arc en plein-cintre et d'une petite baie haute quadrangulaire et chanfreinée. Il est constitué d'un espace grossièrement rectangulaire, surface élargie par rapport à la galerie de la bouche de cavage originelle, et comporte des aménagements qui témoignent d'un habitat ancien : une cheminée (de la seconde moitié du XVe ou du début du XVIe siècle), un potager et un puits intérieur. Deux alcôves latérales sont ménagées dans la roche, mais qu'il n'est pas possible de dater. Plus profondément dans la galerie d'extraction, un escalier droit taillé dans la roche permet aujourd'hui d'accéder à l'unique salle que compte l'étage et qui dispose d'une plus large baie, remaniée.

Plusieurs vestiges d'une activité vinicole, après un premier abandon de l'habitation, sont nettement perceptibles : maie d'un pressoir casse-cou qui se déversait dans une enchère et, plus en profondeur dans la galerie de la carrière, deux cuves.

L'habitation troglodytique plus tardive qui jouxte immédiatement celle-ci, sur la même parcelle, à l'ouest, ne compte que deux salles en enfilade. La première conserve une cheminée (fin XVIIe ou XVIIIe siècle ?) et les deux ont été, là encore, transformées en dépendances vinicoles dans un second temps : dans la première salle se trouve un pressoir dont la maie se déverse, à travers une paroi rocheuse, dans l'enchère qui se trouve dans la salle suivante.

L'ensemble de ces cavités troglodytiques forme désormais une habitation sur jardin composée de plusieurs espaces troglodytiques dissociés que complètent des structures en appentis accolées à la roche.

Mursmoellon
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvrementsroche en couvrement
Escaliersescalier intérieur : escalier droit
Statut de la propriétépropriété privée
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de Maine-et-Loire - Conservation départementale du patrimoine - Stalder Florian