Dossier d’œuvre architecture IA85002631 | Réalisé par
Suire Yannis (Contributeur)
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique, Vallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
Auberge de la Croix des Mary, actuellement maison ; 5, la Croix des Mary
Auteur
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
  • (c) Conseil départemental de la Vendée

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
  • Commune Maillé
  • Lieu-dit Croix des Mary (la)
  • Adresse 5 la Croix des Mary
  • Cadastre 1835 D 846, 1781  ; 2020 OD 1073
  • Dénominations
    auberge, café
  • Parties constituantes non étudiées
    cour, jardin

Active jusque dans les années 2000, l'auberge de la Croix des Mary a été créée à l'occasion de la construction des ponts dans les années 1850-1860. Il existait auparavant un petit bâtiment figuré sur le plan cadastral de 1835 et appartenant alors, comme la chaussée venant de la Pichonnière, à François Simonneau (1783-1853), également propriétaire de la Pichonnière. Ce bâtiment se situait toutefois plus au sud-est, à l'emplacement de la maison voisine actuelle. L'auberge a été construite un peu plus à l'ouest, le long de la voie reliant les deux nouveaux ponts, à la place de l'antique chaussée (comme le montre le plan cadastral rénové vers 1950), et donc sans bâtiment préexistant.

Le bâtiment semble avoir été édifié en 1856, selon le cadastre, pour le compte de François Simonneau (1817-1880), de la Pichonnière. Il apparaît en tout cas sur un plan des lieux établi en 1857, du moins pour sa partie sud (il a été agrandi vers le nord par la suite), puis sur un autre plan en 1863. Il est alors question d'y établir le logement du préposé au pont mobile et au péage des ponts de la Croix des Marie en cours de construction. Dans son projet présenté le 14 mars 1857 pour la construction des ponts, l'entrepreneur Egysthe Lebreton prévoit l'édification de ce logement entre les deux ponts, une idée alors écartée. En février 1862, Eugène Léopold Crevet, nouvel entrepreneur de chantier, relance le projet de logement, préconisant cette fois de le construire sur la rive droite du canal de dérivation (actuel 3, la Croix des Mary), tandis que François Simonneau propose plutôt de mettre à disposition le bâtiment qu'il possède sur l'îlot. En 1866, l'Etat décide finalement d'établir le logement dans une autre maison, appartenant aux héritiers Girard.

Entre temps, le bâtiment Simonneau situé sur l'îlot semble bel et bien accueillir une auberge. Au recensement de 1861, François Gouvrit (1816-1867), époux de Marie Marolleau, est aubergiste à la Croix des Mary, métier qu'exerce en 1886 Henri Gaudin (1856-1944), époux de Modeste Richard, puis en 1896 Théodore Fillonneau et Lucile Audouit (qui s'établiront ensuite à Taugon, 3 rue du Marais), et, en 1901, Jules Bordet (1868-1955) et Yvonne Magné son épouse. Jules Bordet n'est plus qualifié que de charretier en 1906. En 1926, Louise Alard, épouse de Gustave Drillaud, est cabaretière à la Croix des Mary, puis Marie Gazeau en 1936. Restauré (et en partie remanié) en 1960, l'auberge devenue café a alors été tenue par M. et Mme Grolleau. Dans les années 1990-2000, elle a pris le nom d'Auberge du Vieux batelier, avant de cesser ses activités.

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 19e siècle
  • Dates

L'ancienne auberge est située sur l'îlot desservi par les deux ponts de la Croix des Mary, en alignement sur la voie qui traverse les ponts. Sa façade sur la rue, au nord-ouest, présente trois travées d'ouvertures, avec appuis saillants. Le débordement de toit et l'élévation sud, côté rivière, résultent en grande partie des remaniements des années 1960. Le bâtiment comprend un sous-sol, accessible par un escalier en pierre. A l'origine, comme le montre une carte postale vers 1920, il comprenait aussi un étage et un comble à surcroît.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
  • Toits
    tuile creuse
  • Étages
    sous-sol, 1 étage carré
  • Couvrements
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • Archives départementales des Deux-Sèvres ; 3 S 493. 1853-1884 : construction des ponts de la Croix des Marie.

  • Archives départementales de la Vendée ; 6 M 215. 1820-1936 : recensements de population de la commune de Maillé.

  • Archives départementales de la Vendée ; 3 P 1460 à 1465, 3578, 3579 (complétés par les registres conservés en mairie). 1836-1914 : état de section et matrices des propriétés du cadastre de Maillé.

Documents figurés

  • Plan cadastral de Maillé, 1835. (Archives départementales de la Vendée ; 3 P 132 ; complété par l'exemplaire conservé en mairie).

  • Plan cadastral rénové de Maillé, vers 1950. (Archives départementales de la Vendée ; 1741 W 132).

Date d'enquête 2020 ; Date(s) de rédaction 2021
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Conseil départemental de la Vendée
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers