Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir de Léverac, puis ferme

Dossier IA44003943 réalisé en 2008

Fiche

Appellationsmanoir de Léverac
Parties constituantes non étudiéeschapelle, vivier, étable, écurie, remise, four à pain, vivier
Dénominationsmanoir, ferme
Aire d'étude et cantonGuérande - Guérande
AdresseCommune : Guérande
Lieu-dit : Léverac
Cadastre : 1819 E2 1388 ; 1962 AM 33, 34, 35 ; 2000 YC 90, 91

La seigneurie et l'herbregement de Léverac sont mentionnés dès 1383 dans un aveu rendu par Alain de Léverac. En 1540, François de Léverac rend aveu au Roi pour son manoir et herbregement dudit lieu de Leverac, avec sa mestairie, rues et yssues, garennes, vivier, vieilles murailles de fuye, boays ancien [ ]. Item le lieu, mestairie et hebregement du Peillect (Le Pillet). Au début du XVIIe siècle, la seigneurie passe par mariage à la famille de la Châtaigneraie avant de devenir après 1655 une métairie dépendante de la seigneurie de Coëtsal.

De l'ancien manoir décrit par les sources d'archives il ne reste plus rien, si ce n'est les vestiges d'une chapelle (?), s'il s'agit bien d'une chapelle, absente des sources antérieures à 1655 et donc vraisemblablement construite après cette date. D'après la tradition orale, le manoir se situait à environ une cinquantaine de mètres au nord-ouest de la ferme actuelle. Les vestiges du pigeonnier existaient encore dans les années 1950. La ferme actuelle a sans doute été reconstruite en partie à l'emplacement de l'ancienne métairie, citée dès 1540, encore visible sur le cadastre de 1819. En 1608, elle est décrite comme joignant et auprès dudict manoir consistante en maisons tant couvertes d'ardoise que ros et bourre. Le four à pain, au sud-est, est postérieur à 1819.

Période(s)Principale : Fin du Moyen Age
Principale : Temps modernes
Principale : 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle

La ferme se compose d'un long bâtiment abritant logis et étables à l'ouest et une remise en pignon à l'est. Une partie du logis a été modernisée dans les années 1950-60 et rehaussée d'un étage. L'ancienne chapelle (?), orientée nord-sud, possède un vaisseau unique, elle est percée sur le pignon sud d'une porte en plein cintre chanfreinée et d'un jour sur le pignon nord. Son toit à longs pans était anciennement couvert en roseau.

Mursgranite
ciment
moellon
Toittuile mécanique, tôle ondulée, roseau
Couverturestoit à longs pans
appentis
pignon couvert
États conservationsvestiges, remanié
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Loire-Atlantique. B 1459. Aveux au Roi de la maison noble de Lévérac et ses dépendances possédées par Alain de Lévérac, tuteur des enfants de Jean (1383), par Olivier de Lévérac (1453 et 1464), par François de Lévérac, écuyer (1540), par Catherine de la Châtaigneraie (1608), fille et héritière de Julien et de Françoise de Léverac ; par le neveu et les nièces de Catherine (1623), par Ant. Dollin, chevalier, époux de Marguerite de la Châtaigneraie, seigneur et dame de Bozeron, de Coscas, de Kercado et de Kerguimarc (1655), tous vassaux de la sénéchaussée de Guérande. 1383-1655.

Documents figurés
  • Cadastre ancien, 1818-1820 (Archives départementales de Loire-Atlantique ; 7 P 2492).

Bibliographie
  • COLLECTIF. La Madeleine : son histoire. Bulletin de l'association préhistorique et historique de Saint-Nazaire, Le Pouliguen : J.-M. Pierre, 1978.

    p. 26.
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Ville de Guérande - Durandière Ronan