Auteur
Guillotin Yves
Guillotin Yves

Photographe, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Pays de la Loire - Inventaire général

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes Maine 301 - Bonnétable
  • Commune Briosne-lès-Sables
  • Lieu-dit la Moinerie
  • Cadastre 1835 SABLES SU 88 ; PCI 010 C 56
  • Dénominations
    maison, ferme
  • Genre
    seigneurial
  • Destinations
    ferme
  • Parties constituantes non étudiées
    grange, étable, fenil, porcherie, fournil, puits, cour

En 1499, Jean Desprès rend aveu pour sa châtellenie de Sables et son habergement de La Moinerie, consistant tant en maisons, court, courtils, pastis, pastures, vergers, jouxtant le chemin tendant de Peray à Torcé, avec prés et bois, un étang de 30 journaux et plusieurs pièces de terre et vignes alors en gast. Mentionnée comme métairie en 1615, La Moinerie, dite aussi Moinerie du Tertre, est intégrée peu après au domaine de La Davière. Elle consiste en 1741 en un logis de fermier, distribué en chambre à feu et deux chambres froides, un fournil couvert de tuiles, une grange avec deux étables et une halle ou appenty au bout, une étable et deux petites granges, puits et toits à porcs dans la cour. Les réparations des pignons et du grenier du logis, du pignon de la grange, à redresser, et du four du fournil, nécessitent 10 journées de maçons ou terrasseur et 10 milliers de bardeaux. Une nouvelle prairie de La Moinerie est créée avant 1765. En 1835, l'édifice comprend quatre bâtiments fermant une cour régulière. Le bâtiment, côté est, est modifié après cette date. Synthèse L'habergement de La Moinerie semble être, à la fin du XVe et au XVIe siècles, la résidence du seigneur de Sables, le château du village étant détruit. Le logis, la grange-étable et le fournil ancien sont ceux décrits en 1741. Le logis, très remanié, pourrait remonter au début de l'Epoque Moderne (souche de cheminée en pierre). La grange-étable date vraisemblablement de la limite des XVe et XVIe siècle, les étables en prolongement sont construites dans un second temps. Elle témoigne, par le gros-œuvre en moellons, la hauteur et la pente du toit et les chambranles en pierre de taille chanfreinée de la porte de l'étable, du statut ancien de la ferme. L'ancien fournil peut dater de la première moitié du XVIIIe siècle, il était originellement couvert d'un toit à croupes ou en pavillon. La ferme semble remaniée entre 1741 et 1835 : construction du fournil en prolongement du logis, des étables (?) et des porcheries. Ces dernières sont remaniées ou reconstruites après 1835, de même que la grange-étable (porte de l'élévation postérieure et charpente).

  • Période(s)
    • Principale : limite 15e siècle 16e siècle
    • Principale : Temps modernes
    • Principale : limite 18e siècle 19e siècle
    • Principale : 1er quart 19e siècle

L'édifice consiste en une cour presque rectangulaire, fermée au nord par le logis de type long, remanié et désaffecté, avec fournil en prolongement à gauche et remise à droite, au sud par la grange-étable avec étables en prolongement à gauche, à l'ouest par les étables et à l'est par un fournil converti en remise, auquel sont accotées des porcheries et une petite étable en appentis. Le logis, en rez-de-chaussée sauf la partie droite en rez-de-chaussée surélevé sur étage de soubassement, est en maçonnerie enduite. La grange-étable, les étables et les porcheries, en rez-de-chaussée, avec comble à surcroît pour les étables, sont en moellons sans chaînes en pierre de taille partiellement enduits. L'ancien fournil est en pans-de-bois hourdé de torchis recouvert d'un essentage de planches. Les chambranles des portes de la grange-étable sont en pierre de taille, avec chanfrein pour la porte de l'étable, la porte postérieure de la grange porte la date de 1883. Les chambranles des baies des autres bâtiments sont en bois ou en pierre de taille (étables), en briques avec linteau de bois (porcheries), ou sont remaniées en ciment. Le fournil est couvert d'un toit à longs pans et une croupe. Le puits est construit en moellons sans chaîne en pierre de taille et en essentage de planches et couvert d'un toit en bâtière.

  • Murs
    • calcaire
    • grès
    • silex
    • bois
    • torchis
    • enduit
    • essentage de planches
    • moellon sans chaîne en pierre de taille
    • pan de bois
  • Toits
    tuile plate
  • Étages
    étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, en rez-de-chaussée, comble à surcroît
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • appentis
    • toit en bâtière
    • croupe
  • Typologies
    ferme à cour régulière ; logis long
  • Statut de la propriété
    propriété privée

Documents d'archives

  • Archives nationales ; R5 117. Papiers des princes. Apanage de Provence. Aveux rendus pour la châtellenie de Sables. 1499 et 1568.

  • AD Sarthe. B 8. Minutes du greffe des experts de la Sénéchaussée. Visite de la terre de la Davière et dépendances. 3 fevrier 1741.

  • AD Sarthe. 18 J 159. Domaine de la Davière à Courcemont : état des propriétés, des fermiers, montant des fermages. 1765.

  • AD Sarthe. 3 P 267/4. Etat de section de la commune de Sables. 1837.

Bibliographie

  • BIGOT, Georges. Racontez-moi Courcemont. Histoire, patrimoine et mémoires d'un petit village sarthois. Courcemont, association Comice 2002 ; Beaufay, Impr. Brunet, 2008. 275 p.

    p. 217 à 248

Documents figurés

  • AD Sarthe. PC\267\2. Plan cadastral de la commune de Sables. Section unique. 1835.

Date d'enquête 2011 ; Dernière mise à jour en 2010
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général
(c) Pays du Perche sarthois
Articulation des dossiers