Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, 42 rue du Général-De-Gaulle, Paimbœuf

Dossier IA44004585 réalisé en 2004

Fiche

Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonPaimbœuf (commune)
AdresseCommune : Paimbœuf
Adresse : 42 rue du
Général-De-Gaulle
Cadastre : 1810 195 ; 1999 A 2ème feuille 948

Le 9 octobre 1691, Charles Caillaud (n° 42), Pierre Leray (n° 44) et Pierre Lacau (n° 46) arrentent un vaste terrain à la duchesse de Lesdiguières, terrain qui sera divisé en trois lots dont la parcelle ici considérée. En 1756, un capitaine de navire Pierre Denis se porte acquéreur du terrain déjà bâti. Sa déclaration en 1767 ne permet pas de savoir s'il est le commanditaire de la maison actuelle. L'arc segmentaire des baies et le dessin de la ferronnerie pourrait aussi l'inscrire dans la première moitié du XVIIIe siècle. En 1791, Pierre Denis est également le propriétaire de la maison située à l'ouest (n° 44) d'où vraisemblablement la réunion des deux maisons dès la fin du XVIIIe siècle. Un hôtel de voyageurs dit l'hôtel Saint-Julien occupe l'ensemble au XIXe siècle, l'escalier en charpente encore en place au n° 44 était lié à une coursière permettant l'accès aux niveaux supérieurs de la maison n° 42. Les deux maisons redeviennent autonomes dans la seconde moitié du XXe siècle, un escalier en béton inséré dans la cour de la maison n° 44 dessert à présent la maison n° 42. Cette dernière a été divisée depuis en trois logements, un par niveau, les travaux ayant été entrepris en 2004.

Période(s)Principale : 1ère moitié 18e siècle

La maison d'un étage carré et d'un étage en surcroît est élevée sur un niveau de caves dégagé sur le quai. Un couloir latéral la traverse à l'ouest, depuis la rue, pour gagner une terrasse pavée de larges dalles de granite de laquelle, dans l'axe, un escalier droit en granite permet de descendre au niveau du quai. L'escalier en béton desservant l'étage, implanté dans l'ancienne cour de la maison voisine (à l'ouest), est accessible du même couloir. La maison double en profondeur comprenait au rez-de-chaussée (avant travaux), une grande pièce sur la rue comprenant un long bar au nord, une cheminée contre le pignon est et trois pièces à l'étage dont deux du côté de la rue séparées par des cloisons en planches. Au nord, sous l'actuelle terrasse, au niveau du quai, se trouvent deux pièces à feu dont l'une servait de buanderie (proximité du puit). Elles constituaient vraisemblablement le niveau inférieur d'un corps de bâtiment à étage détruit. Les ferronneries de la façade sur la rue ont été modifiées. Elles étaient, à l'origine, insérées dans le tableau des fenêtres.

Mursgneiss
granite
moellon
tuffeau
Toittuile mécanique
Plansplan rectangulaire régulier
Étagessous-sol, 1 étage carré, étage en surcroît
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturesappentis
toit à deux pans
Escaliersescalier hors-œuvre : escalier tournant à retours sans jour en maçonnerie
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Rolle rentier de Mesdemoiselles Grou pour les rentes qui leur sont dues sur les maisons de Painbeuf. Arrentement le 9 octobre1691 fait à Pierre Lacau, Pierre Leray, Charles Caillaud [.] une boissellée de terre dans la pièces des Embrasures. [1772].

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 1 E 757
  • Etude de Me Baullin. Attournance rendue par Pierre Denis, capitaine de navire sur une maison acquise le 23 novembre 1756 de Françoise Hautecoeur ; cette dernière la tenait de ceux qui arrentèrent le lot, ainsi que les deux suivants en aval, à la duchesse de Lesdiguières le 9 novembre 1691, Pierre Lacau, Pierre Leray et Charles Caillaud. 21 juillet 1767.

    Archives départementales de Loire-Atlantique, Nantes : 4 E 1/4
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général - Lelièvre Françoise
Françoise Lelièvre

Chercheur, Service Patrimoine, Région Pays de la Loire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.