Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite Faussebrie, actuellement maison

Dossier IA85002097 réalisé en 2018

Fiche

Parties constituantes non étudiéescour, grange, étable
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : L'Île-d'Elle
Lieu-dit : Faussebrie
Adresse : route
D 938 ter
Cadastre : 1834 E 176 ; 2017 AR 35

Faussebrie fait partie des exploitations agricoles établies au coeur du Marais poitevin par des établissements religieux dès le Moyen Age, bien avant le dessèchement des marais alentours. Cette ferme ou vacherie, développée en prenant appui sur un îlot sableux, était alors vouée essentiellement à l'élevage. Elle était par ailleurs liée à un prieuré mentionné en 1350, avec une pêcherie, parmi les dépendances de l'abbaye de Saint-Liguaire, près de Niort. La guerre de Cent ans entame la puissance de celle-ci qui délaisse le prieuré à des particuliers en échange d'une redevance. En 1504, un censif de biens redevables envers la seigneurie de Marans mentionne un cens dû par Georges Robert et son épouse pour leur "maison et ille de Foussebrye". En 1566, la "ferme de Foussebrye" appartient à Jean Brisson, avocat au siège royal de Fontenay-le-Comte, qui l'a affermée à Pierre Airault, marchand à Marans. Le 12 février 1572, un partage de biens entre Denis et Jean Gorron et François Martineau mentionne "une pièce de bois et marais appelé la Coustette", confrontant notamment "à la fontaine de Foussebrye".

Quelques années plus tard, Faussebrie est acquis par une famille de notables de Marans, les Franchard. En 1566 déjà, Pierre Franchard, marchand à Marans, avait payé pour Pierre Airault le prix du fermage de Faussebrie. Le 16 septembre 1596, Christophe Goguet, sieur du Pairé et de la Rochette, échevin à Fontenay-le-Comte, époux de Catherine Pallais ou de Pallade, vend à Pierre et Etienne Franchard la métairie de Faussebrie mais aussi celles de Vendôme et de la Folie, à Marans, ainsi que divers marais, le tout pour 10310 écus. En 1624, comme les marais de Soulisse à L'Île-d'Elle et ceux de la Brie et de la Gabauge à Marans, Faussebrie appartient à Pierre Geay, sieur de la Pénissière, avocat en parlement, conseiller et procureur du roi en l'élection de La Rochelle, demeurant à Marans, époux de Marie Franchard (probablement apparentée à Pierre et Etienne Franchard vus ci-dessus). Pierre Geay est l'un des acteurs du dessèchement des marais autour de Marans dans les années 1630 (certains marais, au sud de Marans, ont gardé son nom : la Pénissière). Il meurt en 1645 et ses biens sont partagés le 15 mars 1655 entre ses enfants dont Françoise, épouse de René Salbert, seigneur des Forges, et Marie, épouse de Jean Girault, écuyer, sieur de la Couture, demeurant à Xanton puis à Marans.

Leur mère, Marie Franchard se réserve la jouissance des vacheries de Soulisse et de Faussebrie. Le 25 mars 1660, c'est elle qui s'entend avec la Société des marais desséchés de Vix-Maillezais pour l'autoriser à faire passer son canal de Vix sur ses terres. En échange de son autorisation, Marie Franchard bénéficiera du canal pour écouler les eaux de ses terres, et aussi des levées du Sault et du Frêne pour les protéger contre l'inondation. En guise de participation aux frais d'entretien du canal, elle devra verser à la Société non pas la contribution que celle-ci lève chaque année auprès de ses membres, propriétaires de cabanes, mais une contribution forfaitaire ou abonnement de 15 livres par arpent et par an. Soulisse et Faussebrie acquièrent ainsi un statut spécial au sein des marais desséchés de Vix-Maillezais.

Après la mort de Marie Franchard, et suivant son testament du 21 décembre 1661, Faussebrie, comme Soulisse, échoit à sa fille Marie et à son mari, Jean Girault, écuyer, sieur de la Couture. Celui-ci en est encore propriétaire en juin 1696, date à laquelle, avec le propriétaire du Grousseau, il remet en cause l'accord de 1660, ce qui aboutira à un aménagement de celui-ci en 1704. Jean Girault de la Couture meurt dès avant juin 1697, manifestement sans enfants et après avoir désigné comme légataire universel Pierre des Mottes, représenté par Jean des Mottes, sieur de Saint-Pé, veuf de Marie-Suzanne Rabelin. La ferme de Faussebrie appartient en 1781 à M. Arnaud et, en 1834, à Alexandre Rodier (1778-1864), important propriétaire demeurant à Marans, un temps maire de cette ville et conseiller général de Charente-Inférieure. L'essentiel des bâtiments actuels remonte probablement la première moitié du 19e siècle.

Période(s)Principale : 1ère moitié 19e siècle

Cette ancienne ferme est implantée à l'extrémité d'un ancien îlot de faible altitude, d'axe nord-ouest/sud-est, situé à l'est de l'île d'Elle. La ferme comprend un logis, à un étage, avec dans son prolongement, au sud, une vaste grange-étable à façade sur le mur gouttereau. Une autre étable est adossée à celle-ci, en appentis, à l'ouest. A l'est de la cour se trouve une ancienne mare, en partie délimité par des murs. D'autres dépendances importantes, aujourd'hui disparues, se trouvaient au nord de la cour. La façade du logis présente deux travées d'ouvertures et trois baies au rez-de-chaussée, dont une porte plus basse que les autres ouvertures.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étages1 étage carré
Couvrements
Couverturestoit à longs pans
TypologiesFerme à bâtiments séparés, Cabane de marais desséchés, 2/3
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Bibliothèque nationale de France. Ms Fr 26363, fol. 44. 1571, 12 février : partage de biens entre Denis et Jean Gorron et François Martineau.

  • Archives nationales ; P 773, 71. 1596, 16 septembre : vente des métairies de Faussebrie, Vendôme et la Folie, à Marans, par Christophe Goguet, sieur du Pairé et de la Rochette, à Pierre et Etienne Franchard.

  • Archives départementales de la Charente-Maritime, E 639. 1655, 15 mars : partage de la succession de Pierre Geay de la Pénissière, époux de Marie Franchard, devant Me Favreau, notaire à Marans.

  • Archives départementales de la Charente-Maritime. 3 E 31/22. 1624, 7 octobre : acte passé devant Me Bourdin, notaire à Marans, concernant Pierre Geay de la Pénissière et mentionnant les marais de Faussebrie, Soulice, la Gabauge et la Brie.

  • Archives départementales de la Charente Maritime. 31 ETP, archives de la Société des marais de Taugon-La Ronde, carton 4, chemise B, pièce 1. 1781 : rôle de répartition des dépenses d'entretien du Contrebot de Vix.

  • Archives départementales de la Vendée. 3E 63/54. 1800, 29 octobre (7 brumaire an IX) : procès-verbal de visite des fossés de la cabane de Faussebrie, laissés en très mauvais état par le précédent fermier.

  • Archives départementales de la Vendée. 62 J 5 à 14. 1663-1816 : registres des délibérations de la Société des marais desséchés de Vix-Maillezais.

    assemblées des 26 juin 1696, 13 octobre 1696 et 26 juin 1697
  • Archives départementales de la Vendée. 62 J, archives de la Société des marais de Vix-Maillezais, liasse 2, pièce 9. 1660, 25 mars : accord entre Marie Franchard, veuve de Pierre Geay de la Pénissière, et la Société des marais de Vix-Maillezais.

  • Archives départementales de la Vendée. 62 J, archives de la Société des marais de Vix-Maillezais, liasse 2 supplément. Vers 1765 : mémoire pour la Société des marais de Vix-Maillezais contre les propriétaires des marais de Soulisse, représentés par Alexis Pichard de la Blanchère.

  • Archives départementales de la Vendée. 3 P 1222 à 1228, 3559. État de section et matrices des propriétés du cadastre de L'Ile-d'Ellle, 1835-1958.

  • Médiathèque de La Rochelle, Ms 116, fol. 537-624. [1504] : Fragments d'un censif de terres situées au confluent de la Sèvre Niortaise et de la Vendée.

    fol. 552
  • Informations et notes de dépouillements d'archives fournies par M. Jean-Claude Bonnin (La Rochelle).

Documents figurés
  • Plan cadastral de L'Île-d'Elle, 1834. (Archives départementales de la Vendée, 3 P 111).

Bibliographie
  • BEAUCHET-FILLEAU. Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou. Poitiers : Oudin, 1891.

    t. 3, p. 565
  • CLOUZOT, Etienne. Les marais de la Sèvre Niortaise et du Lay du Xe à la fin du XVIe siècle. Paris : H. Champion éditeur ; Niort : L. Clouzot éditeur, 1904, 282 p.

    p. 11 et 108
(c) Région Pays de la Loire - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Vendée - Suire Yannis